29/09/2009

{67} Poly-Rythmo à Marseille 25/09/09 festival Marsatac


















































Le Tout Puissant Orchestre Poly-Rythmo
en concert : phénomenal de dynamisme , époustouflant de vigueur ,poignant de générosité !




Vous me direz que je ne suis pas objectif et vous aurez raison . Je les cherchais backstage poussé par mon coach Brigitt et conduit par Marine (Royale!) de l'équipe Marsatac, mais les premières notes résonnaient déjà et c'est en courant que je rejoignais les premiers rangs du public. 




L'Orchestre Poly-Rythmo c'est une sacrée
 vague de son qui vous soulève d'emblée !

Dix musiciens : deux chanteurs mais tous chantent , trois cuivres dont le grand chef Mélomé Clément, un batteur, un percussionniste, deux guitaristes, un clavier et le fabuleux bassiste Bentho Gustave. Le public est nombreux mais statique pour les deux premiers titres puis le mouvement se propage car il est bien impossible de résister à cette puissance rythmique et ces mélodies entêtantes. 

Vincent Ahehehinnou le chanteur qui chaloupe sur le devant de la scène, a la voix chaude de "soulman" et fait vibrer le public qui répond bien à ses appels. Le facétieux Loko Pierre laisse parfois son sax pour marquer un tempo envoûtant et rapide sur les cloches. Les "nouveaux" font un peu oublier l'absence des géants, trop tôt disparus: Papillon, Yehouessi Leopold et Lohento Eskill. 


Le son est loin d'être parfait sous ce chapiteau et l'éclairage est figé mais la magie opère .
Les anciens ont commencé pour certains en même temps que les Rolling Stones (1964 !) mais leur discographie est sans égal : plus de 200 simples et au moins 80 albums en comptant leurs accompagnements d'autres artistes. Je vous assure pourtant que le Poly-Rythmo est terriblement vaillant ! Les sourires de la jeunesse qui les soutien en coulisse témoignent du miracle qui a lieu une nouvelle fois. Ces champions de l'afro-funk font vibrer et se trémousser trois générations de public avec maîtrise et puissance.

Deux membres de Franz Ferdinand sont invités à la fête. Le guitariste-chanteur charismatique et le batteur déclanchent les cris des fans du groupe écossais mais le "choc climatique" laisse une impression mitigée . Deux ou trois titres honorablement rendus, sans plus. Par contre la joie du guitariste de jouer avec ses maîtres fait plaisir à voir. Quand le répertoire redevient africain la chaleur remonte en flèche et un marseillais est invité sur scène : souplesse et partage , bon esprit et gangassage (en T-shirt vert sur les deux premières photos).
Puis ce sont les Dieux Vaudous qui se présentent et l'ambiance monte frôlant la transe. Les cris libérés par la foule accrochent de grands sourires aux visages du Poly-Rythmo de Cotonou , Bénin. C'est gagné ! Mais l'heure est déjà passée, si vite , si brûlante ...

Imaginez le fan numéro un que je suis leur serrant la main , les yeux brillants comme un gosse à Noël dans leur loge , osant à peine leur faire signer deux 45 tours. Elodie Maillot petite mais impériale , élégante et douce , mais comment fait-elle pour si bien manager ce "gang" , elle a toute mon admiration et je ne lui ai demandé qu'un T-shirt, ho !

Ô bonheur revenez vite et jouez plus longtemps, please,please,please, comme disait maître James...

Merci beaucoup musique.premiere.fr pour ces superbes images.
.

Toutes mes excuses *****Andy Trax***** d'avoir dans un premier temps utilisé ces photos sans permission et grand merci de me l'avoir donnée. Je vous encourage à voir sa superbe galerie:


4 commentaires:

brigitte a dit…

Rencontre du troisième type, nuit de Noël au mois de septembre, Cotonou-sur-Vieux-Port... :-)

Bruno Couleau a dit…

Magnifique man ! Ne manque que le son, heureusement que j'ai ton super mix

besoin d'écrire a dit…

Quel rythme dans l’écriture, à lecture de ces quelques lignes je me dis que le concert devait être une parenthèse de bonheur… Que j’ai manqué !!!!
A bientôt sur internet

Z j A k a dit…

Et ce besoin épisodique mais impératif est un rendez-vous,
j'y serai ! En bonne compagnie ...